Education pour promouvoir le leadership des femmes

Contexte 

Au Bénin, plus de 67,4% des adultes sont encore analphabètes, dont 78% de femmes. Le taux de chômage est très important notamment pour les jeunes populations. Un mouvement citoyen est né dès 2005 pour soutenir l’éducation : l’ensemble des acteurs éducatifs, le système public et les organisations internationales ont décidé de travailler ensemble à la promotion de l’éducation dans le pays.

Dans la commune de Lokossa, où l’association intervient, à peine une jeune fille sur 2 finit son cursus scolaire et 8 filles sur 10 sont analphabètes. En cause : le poids des traditions qui imposent encore mariage et grossesse précoce, la faible conscience de l’importance de l’éducation pour les filles de la part des familles et des filles elles-mêmes qui n’envisagent pas de pouvoir s’instruire ni d’avoir une profession. Et pour cause, rares sont aujourd’hui les femmes qui dans cette commune exercent un emploi et peuvent jouer un rôle de modèle. 

Principales activités

Après avoir construit et développé des centres de formation professionnelle et formé plus de 1500 jeunes, Aide et Action s’engage pour la promotion du leadership féminin. C’est ainsi que sont nées les « causeries », véritable point d’orgue du projet EDUSELF mené par Aide et Action. Un projet d’éducation et d’alphabétisation mis au service du leadership féminin. Ici pas de théorie, mais des cas concrets, exposés et débattus par les femmes de la communauté avec le soutien de notre association et de ses partenaires. De l’importance de la participation des femmes dans la gouvernance locale, à l’alphabétisation et à la gestion de projets, les sujets de discussion ne manquent pas. Avec toujours le même objectif : donner aux femmes de nouvelles clefs pour développer des activités associatives ou professionnelles et s’insérer dans le marché de l’emploi. 

« Grâce au projet EDUSELF, j’ai beaucoup appris sur la gestion des conflits, le leadership, les violences basées sur le genre, les outils de gestion etc. Tout cela me sert énormément en tant que présidente d’un groupe qui travaille sur la fabrication du manioc. J’ai également suivi des réunions sur la manière dont il faut prendre la parole en public. Aujourd’hui, j’arrive à mieux gérer les gens avec qui je travaille et à créer davantage de cohésion. », explique Viviane Agossou. 

Au total plus de 700 femmes ont déjà bénéficié de ce projet qui doit s’étendre jusqu’en 2015. 

Lieu du projet / Lokossa, département du Mono, Bénin,
Région / Bénin
Domaine / Accès et qualité de l’Education, Femmes et filles
Durée / 2012 - 2014
Le projet concerne /
Chef de projet / Justin AKPO
Faire connaître ce projet