Projet SANDRATRA à Madagascar: Signature de convention et protocole d’accord entre l’AFD et ses partenaires 

Publié dans Actualités

Le 7 décembre 2020, à Antananarivo, à Madagascar, l’Agence Française de Développement (AFD),  Aide et Action et Solidarité Laïque ont procédé en présence de l’Ambassadeur de France et du maire de la commune d’Antananarivo, à la signature d’un accord de financement pour un montant total de 5,4 milliards d’ariary (1,2 millions d’euros). Celui‐ci s’inscrit dans le cadre du projet SANDRATRA et permettra de déployer des actions de formation et d’insertion, socioprofessionnelle au profit des jeunes mères célibataires dans les quartiers urbains défavorisés de la capitale pour les trois prochaines années (2021‐2023).

Grace à ce financement de la coopération française à travers l’AFD, le consortium des ONGs Aide et Action et Solidarité Laïque, pilotera le projet expérimental SANDRATRA en partenariat avec la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Ce projet va œuvrer en faveur de l’insertion socioéconomique et citoyenne des jeunes mères célibataires déscolarisées de 15 à 29 ans des quartiers défavorisés des 1er, 3ème et 4ème arrondissements de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). La CUA jouera un rôle primordial dans la bonne mise en oeuvre du projet puisque la commune portera le dispositif d’appui aux bénéficiaires via ses Centres d’accès aux services (CAS), hébergeant les Laboratoires d’Innovations Sociales (LABIS), dont la mission est d’accompagner les familles les plus vulnérables dans leur projet de vie et dans la réduction des risques économiques et psychosociaux.

Pour le Coordonnateur du territoire Océan indien, le projet « vise des couches sociales marginalisées et vulnérables telles que les jeunes mères célibataires déscolarisées des quartiers défavorisés de la Capitale. Mais notamment à travers l’expérimentation d’une démarche intégrée baptisée LABIS (LABoratoire d’Innovations Sociales). Le LABIS qui est un tiers lieu numérique à installer au cœur des quartiers pour une prise en charge holistique de proximité des jeunes mères par le biais de parcours individualisés tournés vers l’insertion à la fois sociale, économique et citoyenne, en se fondant sur les principes de l’éducation non formelle. »

Selon la pré-enquête conduite sur le terrain par Aide et Action, les jeunes mères célibataires avoisinent les 12% des femmes âgées de 15 à 29 ans dans les trois arrondissements concernés de la Commune Urbaine d’Antananarivo.

Ce projet expérimental va donner espoir aux jeunes mères dans leur projet de vie.