Au Vietnam, la formation professionnelle offre des opportunités uniques aux minorités ethniques en ces temps difficiles

Publié dans Actualités

Cở, est une jeune femme d’origine Hmong, une ethnie minoritaire au Vietnam. Comme beaucoup de femmes de son milieu, elle a été privée d’éducation et a longtemps souffert d’exclusion. Mais malgré les nombreux obstacles auxquels elle a dû faire face, Cở n’a jamais cessé de se battre et s’est créé de nouvelles opportunités grâce à la formation professionnelle.

Giàng Thị Cở, née et élevée à Lao Chai – un petit village rural du nord du Vietnam – n’a jamais eu l’occasion d’aller à l’école. Comme beaucoup de femmes rurales d’origine Hmong, une ethnie minoritaire, Cở s’est mariée avant d’avoir 18 ans et ses seules perspectives étaient alors d’élever ses deux enfants et de gagner modestement sa vie grâce aux travaux agricoles.

Au sein des groupes ethniques minoritaires, le niveau d’exclusion est souvent amplifié pour les filles, notamment en termes d’éducation. L’une des raisons qui explique cela est le risque de mariage et de grossesses précoces. En effet, selon la Banque mondiale, plus de 23% des femmes de minorités ethniques âgées de 20 à 49 ans sont mariées avant l’âge de 19 ans. Bien qu’ils ne représentent que 15% de la population totale du pays, les groupes ethniques minoritaires du Vietnam représentent 73% de la population la plus pauvre du pays et vivent en grande partie dans des zones reculées et rurales, leur situation géographique constituant un obstacle supplémentaire à l’accès à une éducation et à des services de santé de qualité.

Ne pas laisser l’analphabétisme être un frein

Ce fut le cas pour Cở. Cependant, après une visite à Sapa, une petite ville de montagne populaire auprès des randonneurs, Cở a cherché à tirer profit de se situation rurale en essayant de devenir guide touristique. Bien qu’analphabète, la jeune femme s’est inscrite à une formation de guide touristique de trois mois pour obtenir un certificat ; après quoi elle a commencé à apprendre l’anglais pendant deux heures par jour. Son objectif était de pouvoir communiquer en toute confiance avec les clients et, étape par étape.

Elle a commencé à apprendre plusieurs langues et s’est tracée une nouvelle voie, l’amenant à développer des ambitions de carrière pour la première fois de sa vie. Aujourd’hui, après sept ans, elle parle couramment le Hmong, le vietnamien et l’anglais et apprend les bases du français, de l’allemand, du néerlandais, de l’espagnol, de l’italien et de l’hébreu !

L’engagement de Cở lui a valu le titre de «guide le plus populaire de Sapa». En couple, avec son mari, elle a offert aux touristes un forfait complet avec hébergement chez l’habitant, repas faits maison et visites guidées dans les champs vallonnés et les montagnes ainsi que découverte des chants et des danses traditionnels le soir. «Je veux montrer comment nous vivons en tant que famille Mong, ce que nous mangeons, ce que nous faisons ensemble quotidiennement pour qu’ils puissent comprendre notre culture», a-t-elle expliqué.

Détermination et courage

Malheureusement, les espoirs de Cở ont été durement affectés cette année. Non seulement la pandémie de COVID-19 a perturbé les voyages et le commerce dans sa région, mais son mari est également décédé de manière inattendue, ce qui l’a amenée à fermer son entreprise et à se rabattre sur ses compétences en broderie pour gagner sa vie.

Mais, toujours déterminée à réussir et avec l’espoir de pouvoir revenir à ce qu’elle aime, elle a rejoint le projet d’incubateur d’Aide et Action en début d’année. « Je suis fière de devenir qui je suis aujourd’hui et je continuerai à travailler plus dur, je n’abandonnerai pas le chemin que j’ai choisi« , a-t-elle déclaré. Avec le soutien de HSBC, le projet d’incubateur d’entreprises d’Aide et Action vise à aider les entrepreneurs issus de minorités ethniques à créer leur propre entreprise dans les provinces de Lao Cai et Hoa Binh, au Vietnam. L’incubateur encourage les jeunes entrepreneurs comme Cở à explorer de nouvelles opportunités, en dehors des carrières traditionnelles afin qu’ils puissent réaliser leurs aspirations ainsi que donner un nouvel élan au développement économique.

Dans le cadre de ce projet, Cở a développé son esprit d’entreprise et un business plan et, début novembre 2020, elle a rejoint notre programme de formation de base en gestion d’entreprise à Lao Cai, pour lequel elle a reçu un certificat.

Ne laisser personne derrière

Soutenu par un financement fourni par l’UE, nous collaborons également actuellement avec North West Development Centre, une ONG locale basée à Hoa Binh, sur un projet visant à initier des réformes pour répondre aux besoins des jeunes des minorités. Ce projet de 42 mois, qui a débuté plus tôt cette année, devrait toucher 7 165 jeunes appartenant à des minorités ethniques, dont 5 088 lycéens, 1 441 étudiants et 636 jeunes qui ne sont pas actuellement inscrits dans l’enseignement formel.

À travers des projets comme celui-ci et notre incubateur d’entreprises, nous visons à offrir des opportunités d’apprentissage tout au long de la vie à des personnes comme Cở et aussi à ses enfants, qui sont maintenant inscrits à l’école secondaire. Cở espère que l’amélioration de l’accès à une éducation et à une formation professionnelle de qualité permettra à son fils de 17 ans de suivre une formation de cuisinier et de suivre les traces de son père en fournissant des repas faits maison dans leur auberge.

Grâce à une collaboration croisée avec les écoles, les entreprises, les communautés locales, les institutions financières privées et les autorités locales, nous souhaitons faire en sorte que les groupes minoritaires ne soient pas laissés pour compte.