Rencontre d’échange sur le Projet Passerelles Educatives au Niger

Publié dans Actualités

Leçons du mode de financement des projets à résultats rapides
Cas du projet Passerelles Educatives au Niger

Le 23 mai 2018, une rencontre d’échanges a été organisée dans les bureaux de l’Agence Française de Développement (AFD) à Niamey, au Niger. Elle a réuni les ONG partenaires de mise en œuvre (RECAC et ONEN) du projet Passerelles Educatives (PassEduc), Aide et Action Niger représentée par le Directeur Pays et la Responsable de la Mission Educative et une mission française composée de Alain RIES, Chargé d’affaires à l’Unité de Coordination à l’Alliance Sahel (plateforme de coopération internationale pour le Sahel, initiative de la France, de l’Allemagne, de l’Union Européenne avec le soutien de la Banque Mondiale et de la Banque Africaine de Développement) et Julien Boglietto, Chargé de Mission Prévention des crises, sortie de conflit de l’Agence Française de Développement (AFD).

Le Directeur pays de Aide et Action Niger a présenté le projet Passerelles Educatives de sa conception à la phase actuelle de mise en œuvre. Il a mis en exergue les éléments clés du contexte et particulièrement la situation de précarité et de vulnérabilité du Niger pris en tenailles entre la crise malienne d’une part et celle liée à Boko Haram dans le nord Nigeria d’autre part. Toute chose qui fait des enfants et des jeunes déscolarisés et non scolarisés des cibles, voire un vivier de recrutement des terroristes. Les zones périurbaines sont particulièrement sensibles avec un nombre important d’enfants hors du système éducatif. Enfin le Directeur pays de Aide et Action Niger a aussi évoqué le mode accéléré de co-construction du projet avec les partenaires clés (AFD, ONGs Partenaires, Autorités ministérielles, communales et départementales).

Les membres de la mission (AFD et Alliance Sahel) ont félicité Aide et Action International pour le travail abattu et la démarche surtout de co-construction. Cette mission avait pour objectif de vérifier l’alignement du projet aux politiques publiques et l’implication du Ministère de l’Education d’une part et d’autre part identifier des éléments d’amélioration vis-à-vis de l’approche AFD en matière de mode accéléré de financement, analyser la mise en œuvre par les acteurs nationaux et le dispositif de capitalisation du projet.

Il ressort que le projet PassEduc est parfaitement en adéquation avec le Programme Sectoriel de l’Education et de la Formation (PSEF), manifeste de la politique du Niger en matière d’éducation d’ici 2024. Aussi, son élaboration a été très participative avec l’implication de toutes les parties prenantes.

Un dispositif de suivi-évaluation et de capitalisation est mis en place et les indicateurs de processus, de résultats, d’effets et d’impacts seront renseignés selon un tableau de bord et une fréquence de collecte, d’analyse et de traitement des données. La dynamique Mobilisation sociale – Offre curriculaire (Passerelles) – Recherche-action avec l’appui du LASDEL permettant de tirer des leçons et d’apporter des améliorations idoines et opportunes.

Les échanges se sont achevés sur une appréciation générale du processus d’élaboration du projet et de sa mise en œuvre par la mission française.

La mission a annoncé pour les années à venir, le lancement d’appels à propositions de projets à résultats rapides en lieu et place des appels à propositions classiques exigeant des soumissionnaires une bonne connaissance des contextes, un changement de rythme de travail et la pro activité.