Rapport OMD le mirage

Objectifs du Millénaire 2015 : le mirage !

Publié dans Espace presse

Au Mali et au Niger, 9 personnes sur 10 déclarent ne pas pouvoir faire face aux dépenses de santé. En Tanzanie, 4 familles sur 10 déclarent ne pas pouvoir assurer un suivi médical correct des enfants. Pour 8 personnes sur 10 interrogées par Aide et Action, la prévention, l’hygiène et la santé demeurent prioritaires. Malgré les progrès accomplis dans ce domaine, les besoins sont immenses et l’accès aux services de santé de base reste difficile pour de nombreuses familles.

100% des personnes interrogées déclarent que l’éducation de leurs enfants est primordiale. Pourtant, au Mali, au Sénégal et au Togo, près de 6 enfants sur 10 disent devoir aider leurs parents à subvenir aux besoins de la famille. En Inde, dans les Etats du Tamil Nadu et du Madhya Pradesh, 40% des familles indiquent impliquer leurs enfants dans des activités rémunérées, et pour 55% d’entre elles, le travail des enfants est une condition nécessaire à leur survie. Quant à la qualité de l’éducation, un enfant sur quatre ne termine pas le cycle primaire, tandis que 6 enfants sur 10 l’ayant achevé sont incapables de lire et écrire une fois sortis de l’école.

La crise économique mondiale met en danger les progrès accomplis, particulièrement dans les domaines de la santé et de l’éducation. Les vagues de déscolarisation ont été massives tout au long de l’année 2009, et la situation a continué de se détériorer en 2010. Le retour de la malnutrition cumulée aux difficultés que rencontrent les parents pour soigner leurs enfants, notamment les plus jeunes, a conduit la Banque mondiale à revoir ses estimations concernant la mortalité infantile : d’ici à 2015, ce sont entre 200 000 et 400 000 enfants en plus qui décéderont avant l’âge d’un an. Des chiffres bien loin des objectifs fixés.

En 2000, les chefs d’Etat et de gouvernement se sont engagés à conjuguer leurs efforts pour que « tous les habitants vivent à l’abri de la faim et de la violence, aient accès à l’eau potable, respirent un air salubre, et offrent à leurs enfants des perspectives d’avenir » en 2015. Lors de la conférence internationale qui se tiendra à New York du 20 au 22 septembre 2010, nul doute que les progrès accomplis seront jugés encourageants, qu’un nouveau consensus en faveur du développement émergera et que les engagements seront réitérés. Pourtant, Aide et Action appelle à la plus grande vigilance.

Pour Claire Calosci, directrice générale internationale d’Aide et Action International, le sommet de New York représente « un bien triste anniversaire » car « les objectifs du Millénaire pour le développement semblent aujourd’hui un rêve inaccessible » . Elle ajoute : « Pire, tous les progrès accomplis depuis 10 ans sont susceptibles d’être remis en question si rien n’est fait vite. La responsabilité nous incombe et justifie une mobilisation générale. Pour que l’avenir des générations futures soit préservé » .

Le rapport est disponible sur simple demande au 022 716 52 10